Fédération Autonome

de l'Education Nationale

Accueil

Qui sommes-nous ?

Revendications

Actualités

Nos publications

Dossiers

Retraites

Contact

 

 


 

Syndicat National

des Collèges et des Lycées


 

Syndicat Indépendant

Académique de l'Enseignement Secondaire

Aix Marseille


 

 

Syndicat Pluraliste

et Indépendant

de l'Education Nationale


 

 

Syndicat des AGrégés

de l'Enseignement Supérieur


 

Syndicat Autonome

des Enseignants de Mayotte


 

Syndicat Indépendant

de l'Enseignement

du Second degré


 Etranger

Communautés d'outre-Mer



Qu'est ce que la section ECOM de la FAEN ?

 

La section Etranger et Communautés d’Outre-Mer (ECOM) est une section particulière de la FAEN qui est en contact régulier avec l'ensemble des syndicats membres de la fédération : SAEM, SNEP, SNAPAI, SNCL, SIAES, SIES, SPIEN, SAGES.

La section ECOM-FAEN est dirigée par Alexandre AHLIN.

Elle regroupe solidairement l’ensemble des personnels de l’Education Nationale qui exercent en dehors d’un département français métropolitain, à l’étranger (Ecoles Françaises, Alliances Françaises, Centres, Instituts, ou Services Culturels, Mission Laïque Française, Coopération), ou dans une «Communauté d’Outre Mer» (Polynésie Française, Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna, Mayotte, Saint Pierre et Miquelon).
 

Notre fédération est représentative auprès des administrations et organismes concernés, et participe activement aux réunions de concertation ou de travail organisées dans ce secteur.

La FAEN siège dans la Commission Consultative Paritaire des Personnels de Direction de l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger), ainsi que dans celle de la MLF (Mission Laïque Française).

 

Information

En plus des informations syndicales et des informations générales contenues dans les publications papiers, les sites internet et les circulaires télématiques nationales (FAEN-infos), les adhérents de la section ECOM reçoivent des informations spécifiques.
Ces informations leur parviennent par lettre télématique « FAEN infos ECOM » et sont également disponibles sur la rubrique « Etranger et COM » du site internet de la FAEN.
 Communiquez-nous rapidement votre adresse électronique (à la FAEN et/ou à votre syndicat), si ce n’est déjà fait afin de recevoir plus rapidement les informations fédérales FAEN, y compris celles de la Section ECOM.
Les adhérents d’une autre section académique qu’ECOM peuvent également recevoir gratuitement, sur simple demande, les lettres télématiques de la section ECOM. Il vous suffit d’en formuler la demande par courriel, à l’adresse faen@wanadoo.fr (précisez « pour recevoir la lettre télématique FAEN infos ECOM »).

Retour au sommaire


Recrutements, affectations, mises à disposition

 

Les différents recrutements (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger, postes relevant du ministère des affaires étrangères, Territoires d’Outre-Mer) donnent lieu à la parution de différentes circulaires officielles et procédures étalées dans le temps.

Informez-vous rapidement grâce à nos sites internet et à la lettre télématique « FAEN infos ECOM ».

Vous trouverez ci-dessous des liens vers certaines circulaires officielles. Contactez-nous pour obtenir des précisions.

 

Affectation à Saint Pierre et Miquelon (professeurs, CPE, CO-Psy) - Affectation à Mayotte (CPE)

 

Mise à disposition auprès de la Polynésie française (professeurs, CPE, CO-Psy)

 

Candidatures à des postes dans les établissements d'enseignement français en ANDORRE

 

Affectation à Wallis-et-Futuna des personnels enseignants du second degré, d’éducation et d’orientation - rentrée de février 2013 : télécharger le BO n° 22 du 31/05/2012

 

Mise à disposition de la Nouvelle-Calédonie des personnels enseignants du second degré, d’éducation et d’orientation - rentrée de février 2013 : télécharger le BO n° 22 du 31/05/2012

 

 

AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger) :

 

Visitez le site de l'AEFE

 

Candidatures à un poste relevant des réseaux de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, de la Mission laïque française, et de l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture - rentrée scolaire 2013-2014 : Lire le BO n° 32 du 06/09/2012

 

Calendrier prévisionnel (au 27/09/2012) des opérations de recrutement pour la rentrée 2013 des personnels expatriés d'inspection, de direction, d'administration et des personnels enseignants.

 

 

Mission Laïque :

 

Visitez le site de la Mission Laïque

 

Candidatures à un poste relevant des réseaux de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, de la Mission laïque française, et de l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture - rentrée scolaire 2013-2014 : Lire le BO n° 32 du 06/09/2012

 

Retour au sommaire


 

Face aux tensions sociales qui frappent Mayotte, conséquence de la cherté de la vie, la FAEN a fait parvenir à la presse le 11 Octobre 2011 le communiqué que vous pouvez consulter en cliquant ici.

Retour au sommaire


Recrutement d’enseignants expatriés pour la rentrée 2013.

 

Calendrier prévisionnel des opérations. Informations, suivi, conseils.

Consultez le calendrier prévisionnel des opérations (important : ces dates restent toujours susceptibles d’être modifiées).

Calendrier prévisionnel au 27/09/2012

Publication au BOEN de la note de service et mise en ligne des profils de postes sur site Internet de l’AEFE :

Note de service et mise en ligne des profils : 6 septembre 2012

 

DÉPOT DES CANDIDATURES (Procédure commune pour les candidats en poste en France et à l’étranger) :

Saisie en ligne sur le site de l’AEFE du dossier de candidature : du 6 au 27 septembre 2012 inclus

1/ date limite de remise du dossier en deux exemplaires au supérieur hiérarchique : 28 septembre 2012

2/ date limite d’envoi des dossiers munis des avis hiérarchiques au bureau du recrutement de l’AEFE : 8 octobre 2012


Les dates prévisionnelles des opérations de sélection, des entretiens et des réunions de commissions seront publiées dans nos prochains bulletins.

Si vous envisagez de muter en collectivité d’outre-mer, n’hésitez pas à contacter :

• Pour le premier degré : le SNEP-FAEN.

• Pour le second degré :

- la section E.COM du SNCL-FAEN

- le SIES-FAEN ou le SIAES-FAEN (Aix Marseille).

 

Dans les deux cas adressez le double de votre dossier de candidature pour un meilleur suivi soit à SNCL-Section E.COM - 13, avenue de Taillebourg 75011 Paris soit au SNEP à la même adresse, soit au SIES/SIAES - 133 Rue Jaubert 13005 Marseille.

Retour au sommaire


 

Depuis près d’un an, la Polynésie semble prise en otage dans le bras de fer qui oppose le gouvernement français au gouvernement du « Pays d’Outre-mer » qu’est la Polynésie française. Un bras de fer dont le système éducatif est en train de faire les frais.

 

La Polynésie française est dotée d’un statut d’autonomie dans le cadre des lois de la République. L’organisation du fonctionnement du système éducatif est confiée au ministre de l’Education de Polynésie. C’est ainsi lui qui affecte les enseignants du second degré, parmi les personnels que le ministère de l’Education nationale met à sa disposition. Parmi les enseignants du second degré, un tiers sont originaires de Polynésie ou y ont leurs « intérêts matériels et moraux » ; les deux tiers restants proviennent des académies de métropole et d’outre-mer pour y effectuer des missions de 2 à 4 ans maximum. D’où un important mouvement chaque année.

 

Depuis des années, les stagiaires originaires de Polynésie, et qui demandent cette académie en 1er vœu, sont tous mis à disposition du ministre local qui les affecte.
A la rentrée 2011, le ministre de l’Education nationale a décidé de transgresser sa propre circulaire, d’affecter quinze stagiaires en métropole et de ne pas tenir compte de leurs vœux. Dans le même temps, le ministre de l’Education polynésien qui avait réservé les postes les affectait en Polynésie.

 

Bien sûr, les stagiaires ont choisi cette seconde affectation conforme à leurs vœux. Après cinq mois de conflit administratif et juridique, le Tribunal administratif a cassé les deux sortes d’arrêtés d’affectation et demandé au ministre de l’Education nationale de mettre ces stagiaires à disposition de la Polynésie. Ce fut fait en janvier 2012 pour 9 de ces 15 stagiaires mais notre ministre national renouvela leur affectation en métropole pour 6 d’entre eux, au motif que les conditions d’un stage fructueux ne seraient pas remplies en Polynésie. Dans le même temps, il a saisi le Conseil d’Etat.

 

Or, ces collègues ont tous un tuteur, un programme de formation, une journée de formation par semaine et des visites de stage de la part d’inspecteurs.

 

Ces six stagiaires ont été affectés dans cinq académies métropolitaines différentes. Dans certaines d’entre elles il leur était demandé de prendre un poste au retour des vacances d’hiver (5 ou 12 mars). Il aurait donc fallu que ces stagiaires abandonnent leurs 6 mois de stages et leurs élèves en Polynésie (certains ayant des classes de bac) en plein milieu d’année scolaire, pour recommencer à zéro, c’est-à-dire pour un an, un stage en métropole.

 

La FAEN est intervenue à plusieurs reprises pour demander à l’Education nationale d’annuler ses arrêtés et de mettre tous les stagiaires à disposition du Territoire.

 

C’est ce que le ministère a enfin accepté le 8 mars 2012. Les 6 stagiaires ont été mis à disposition de la Polynésie avec effet rétroactif à la rentrée 2011. Ils pourront terminer leur stage en Polynésie et être enfin payés. Car ces jeunes collègues effectuent consciencieusement leur stage depuis plus de 6 mois sans aucune rémunération !

Ainsi se clôt un conflit qui n’aurait jamais dû être ouvert par l’Education nationale qui n’en sort pas grandie. A moins que la décision du Conseil d’Etat ne vienne une nouvelle fois bouleverser la donne.

Retour au sommaire


Si les fonctionnaires métropolitains, et notamment ceux de l’Education nationale, se mobilisent pour dénoncer les fermetures de postes et les pseudo-réformes qui déstabilisent et désorganisent le service public, les fonctionnaires de l’Etat en Polynésie Française ne sont pas en reste.

 

Devant les menaces récurrentes de transfert de la masse salariale des fonctionnaires de l’Etat au gouvernement de ce « Pays d’outre-mer », de transfert de leur assurance maladie de la sécurité sociale à une caisse locale, la CPS, le Syndicat Territorial des Instituteurs et des Professeurs des Ecoles Publiques de Polynésie Française (STIP-FAEN) a décidé de taper du poing sur la table.

 

A l’occasion de la venue de la ministre de l’outre-mer Marie-Luce Penchard, en Polynésie Française, le STIP-FAEN a organisé une grande marche pacifique qui a défilé dans les rues de Papeete, scandant devant les principaux bâtiments publics la volonté des participants de rester des fonctionnaires de l’Etat à part entière.

 

Rappelons que le STIP-FAEN est le principal syndicat de fonctionnaires de l’Etat en Polynésie.

 

De nombreux autres syndicats de fonctionnaires implantés dans les autres administrations de la Fonction publique avaient rejoint le STIP-FAEN dans cet appel à une marche pacifique.

Un véritable succès de mobilisation puisque 1 200 personnes ont rejoint le cortège à Papeete alors que des rassemblements étaient également organisés dans d’autres îles pour tenir compte de la dispersion géographique.

A titre de comparaison, rappelons qu’il y a 260 000 habitants et 1 900 instituteurs et professeurs des écoles en Polynésie Française répartis sur 67 îles habitées regroupées en cinq archipels couvrant une surface aussi étendue que l’Europe !

 

Une délégation de l’intersyndicale a été reçue au Haut-commissariat (équivalent des préfectures) ainsi que par le Ministre territorial de l’Education.

Les réponses fournies sont plutôt rassurantes :

Le gouvernement local n’a jamais demandé le transfert de la masse salariale et n’a pas l’intention de le faire.

Quant au transfert de l’assurance maladie à la CPS (dont les cotisations des fonctionnaires combleraient le déficit), ce ne serait qu’une proposition parmi d’autres du rapport Bolliet qui ne serait pas à l’ordre du jour.

Peut-être, mais cette démonstration de force des fonctionnaires de l’Etat n’est pas inutile car des expériences récentes ont montré que des points qui ne sont pas à l’ordre du jour peuvent le devenir très rapidement et très secrètement.

Les responsables du STIP-FAEN ont donc demandé confirmation écrite des propos tenus.

Une lettre ouverte aux élus et aux responsables politiques, a également été remise, ou adressée. Elle rappelle l’essentiel des revendications des fonctionnaires. Elle sera également envoyée par les responsables du STIP-FAEN au Président de la République et aux différents candidats à l’élection présidentielle.

Retour au sommaire


Enseigner à l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE)

 

L’agence est composée de 461 établissements d’enseignement répartis dans le monde. Leur enseignement est reconnu conforme aux programmes en vigueur en France ; ils ont tous une homologation délivrée par le ministère de l’éducation nationale.

Ils remplissent les conditions fixées par le décret n°93-1084 du 9 septembre 1993 qui impose l’ouverture aux enfants français résidants hors de France le respect des programmes applicables dans les établissements d’enseignement public français, la préparation aux mêmes examens et diplômes qu’en France et le contrôle du respect de ces critères par l’inspection par l’inspection générale de l’éducation nationale.

 

On distingue :

1 – Les établissements en gestion directe (77/461) :

Ce sont des établissements homologués, constitués en services déconcentrés de l’AEFE. L’AEFE leur verse des subventions pour assurer la rémunération des personnels titulaires qui y exercent.

2 – Les établissements conventionnés (166/461) :

Ce sont des établissements homologués gérés par des associations de droit privé français ou étranger qui passe avec l’AEFE un accord portant sur les conditions d’affectation et de rémunération des personnels d’encadrement titulaires, sur l’attribution des subventions et sur le versement de bourses scolaires pour les élèves français.

3 - Les différents types de contrats pour enseigner à l’AEFE :

Le réseau des établissements de l’agence compte environ 6 200 personnels titulaire environ 12 000 recrutés locaux. L’AEFE propose chaque année, des postes d’expatriés ou de résidents, de personnels d’inspection, de direction, d’administration scolaire et universitaire, de personnels enseignants, d’éducation ou administratifs.

a) Les expatriés :

Ils sont titulaires de la fonction publique. L’AEFE les recrute hors du pays d’affectation. Ils sont alors détachés auprès de l’agence qui les rémunère.

Durée de la mission :

Pour les enseignants, elle est de cinq ans, sous forme d’un contrat de trois ans, renouvelable deux ans par reconduction expresse.

Pour les personnels d’encadrement, les conseillers principaux d’éducation, les faisant fonction de chef d’établissement, les directeurs d’école, certains postes à profil, le contrat est de trois ans, renouvelable par reconduction expresse pour deux périodes d’une année.

b) Les résidents :

Ils sont titulaires de la fonction publique. Sur proposition du chef d’établissement, ils sont recrutés par le directeur de l’agence.

Durée du contrat : Elle est en général d’une durée de trois ans, renouvelable par tacite reconduction par période de trois années.

c) Les contrats locaux :

Ils sont recrutés localement par l’établissement scolaire selon un contrat conforme au droit local. Le recruté local peut être de nationalité française ou étrangère.

 

Recrutement à l’AEFE

La campagne de recrutement des personnels expatriés concerne des personnels d’inspection, de direction, d’administration et des personnels enseignants.

Consultez la liste des postes vacants ou susceptibles de l’être sur le site de l'AEFE.

 

Candidatures à un poste relevant des réseaux de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, de la Mission laïque française, et de l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture - rentrée scolaire 2013-2014 : Lire le BO n° 32 du 06/09/2012

Retour au sommaire